Chacun d’entre nous peut devenir un leader d’opinion … à condition de rassembler et de passer maitre dans l’art des médias sociaux. Autre nouveauté : les sujets sur lesquels nous pouvons nous faire entendre ne sont plus seulement ceux sur lesquels nous sommes légitimes du fait de nos études, de notre expérience. Ils peuvent être nos sujets de prédilection, nos hobbies ou lubbies. Désormais, chacun peut choisir d’exprimer son opinion sur ce qu’il aime ou pas, de le faire au-delà de son cercle intime sur facebook, twitter, viadeo, linkedin et tout autre media. Vous pouvez partager une musique qui vous plait au même titre qu’une pétition sur un sujet qui vous tient à cœur, un coup de gueule sur l’actualité ou les résultats de recherche scientifique.

Ce mouvement ne se limite pas à la sphère privée : désormais hommes politiques ou de presse, dirigeants et salariés d’entreprise, associations et groupements … tous s’emparent à leur rythme de cet espace public. Car l’enjeu est de taille pour ceux qui maîtrisent les codes de ce nouvel eldorado. Aurions-nous imaginé il y a seulement quelques années qu’un homme politique français annoncerait son retour sur la scène public sur facebook ? De bon cœur ou pas, les femmes et les hommes qui veulent compter dans la vie publique, faire commerce de biens ou de services vont devoir occuper aussi ce territoire.

On peut s’en désespérer autant que s’en réjouir … comme de tout changement. Mais pour ceux qui se lancent dans l’aventure, bienvenue dans un monde où ce que vous savez importe moins que ce que vous aimez, où l’information est éphémère (un tweet vit de quelques minutes à quelques heures … à l’exception du tweet qui tue et peut vous suivre pendant des mois ou même une vie !), où vous verrez fluctuer votre audience en temps réel, où l’addiction vous guette …

Heureusement dans cet univers impitoyable, nous pouvons nous en remettre aux plus jeunes, nés dans ce far west, et qui, en nous conseillant, pourront ainsi justifier de leurs heures passées sur leurs téléphones, tablettes et ordinateurs. Merci les enfants …

Il y a cependant des choses qui ne changent pas. Embusqués derrière nos PC, nos tablettes ou smartphone nous demandons toujours de l’amour et de la reconnaissance. Seul notre cri a changé : qui m’aime me twitte !

* soyez connus pour ce que vous aimez

© Sondem - Fotolia.com