Outre le fait que le "découpage" entre les bons et les mauvais, ceux qui savent et les ignorants ne me convient pas, je suis aujourd'hui convaincue que le développement personnel du leader est une nécessité pour notre avenir.

Les formations sur le leadership dans leur format traditionnel de transfert de compétences (et surtout de contenus …) ne sont plus suffisantes. Nous vivons une transformation sans précédent du fait de la mondialisation, de l’accélération des rythmes conjugués à l’épuisement des ressources naturelles. Les repères ne sont plus les mêmes et doivent être sans cesse questionnés et reposés pour permettre une action cohérente et efficace. Les leaders, quel que soit le domaine dans lequel ils exercent, ne peuvent plus s’appuyer seulement sur les acquis du passé. Aujourd’hui plus encore qu’hier, nos dirigeants doivent disposer d’espaces d’échanges et de développement où ils pourront se ressourcer et trouver des solutions pour faire face à la complexité du monde actuel, construire d’autres modèles.

Quelles sont aujourd’hui, les « grandes vérités » du leadership qui doivent nous engager dans cette voie du changement, me suis-je demandé ?

Voici celles auxquelles j’ai pensé :

- Le leadership n’est plus l’apanage du dirigeant, il doit être partagé dans l’organisation

- La vision ne peut plus être l’œuvre d’un seul tout puissant mais doit se co-construire

- La raison doit se faire l’alliée de l’intuition pour prendre les justes décisions

- L'incertitude fera de plus en plus partie du décor et qu’il faudra composer avec elle

- Le leader est d’abord une personne consciente et responsable 

- Le questionnement et le doute sont ses meilleurs atouts

A la lecture de ces éléments, certains vont hausser les épaules et penser qu’ils savent déjà faire (et peut-être ont-ils raison pour ce qui les concerne), d’autres, que ce sont des lubies de coach (en pleine hallucination collective alors ;). Dans la famille des pessimistes, d’autres se diront qu’il n’y a rien à faire « tout fout le camp », d’autres encore penseront très fort que ce ne sont pas des coachs ou des formateurs qui vont leur apprendre à manager … Et puis il y en aura qui se diront qu’ils sont les propres maîtres de leur vie et de leur développement et que la possibilité d’être accompagnés sur ce chemin est une chance.

Et même s’ils sont peu nombreux, je pense à ce proverbe de Margaret Mead : 

" Ne doutez jamais qu'un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c'est toujours ainsi que le monde a changé." 

J’ai confiance en eux pour relever le défi.

Photo : Fotolia @papa