D'abord le boulot : fini les 70 h hebdomadaire et les réunions interminables qui débordent sur la vie de famille (et les 32 SMS  « j’arrive bientôt » puis « ne m’attendez pas »). Il va falloir faire les deux : travailler et avoir une vie de famille … et sans ramener du travail à la maison ! Etre pleinement présent pour les personnes que vous aimez quand vous êtes à la maison. Bonjour le surmenage !

L’alimentation ne sera pas épargnée : au revoir les sandwichs mangés sur un coin de bureau en 15 minutes ou le repas d’affaires quotidien entrée-plat-dessert-vin, exit les bons petits plats cuisinés par Marie et réchauffés au micro-ondes. Vous vous sentirez obligé de savoir ce qu’il y a dans votre assiette et, pour les plus extrémistes, de manger 5 fruits et légumes par jour, voire de prendre régulièrement le temps d’un repas en famille et donc de discuter, une activité conviviale qui pourrait nuire à votre digestion.

Le sport devra être pratiqué régulièrement … et sans excès. Plus possible d’être exténué(e) par une séance aussi intense que rare de sport ou de se livrer obsessionnellement à son activité sportive favorite en dépit des douleurs qu’elle provoque (même pas mal, je suis plus fort(e) que ça), ce qui vous privera de la visite régulière de votre kiné et pharmacien, avec qui vous aviez peut-être lié des relations d’amitié sincères … Ça arrive quand on voit les gens souvent.

Même les relations sociales seront affectés : toutes ces personnes que vous voyez régulièrement parce qu’il faut rendre une invitation à diner et dont vous avez encore oublié le prénom des enfants, vous n’aurez plus envie de les voir. Si si, même pas par politesse. Il est même possible que vous préfériez la présence d’autres personnes, de moins bon standing certainement. Peut-être même vous mettrez vous à discuter de sujets décalés et improbables comme l’avenir de la planète, les dernières découvertes en neurosciences, le pouvoir de la pensée positive … tout en parlant de vos enfants et de votre état d’esprit du moment.

Et cela sans parler de nouvelles activités « mortelles » comme la contemplation de la nature, en silence qui plus est, peut-être la méditation de pleine conscience (ou pire d’inspiration bouddhiste). Les plus atteints pourraient même se mettre à lire ou relire des textes anciens pour renouer avec des notions has been (intemporelles comme disent certains) comme la sagesse, la voie du milieu.

Vous n’allez pas rigoler tous les jours, et certainement pas des mêmes choses qu’aujourd’hui. Si en plus il faut renouveler son stock de blagues …  

Et je ne vous ai pas encore tout dit. Le bouquet final : soyez surtout conscients qu’en choisissant l’équilibre vous renoncez définitivement à l’immortalité. Ca y est c’est sûr, vous ne pourrez pas rester éternellement jeunes, beaux et drôles. Car c’est la très mauvaise nouvelle de l’équilibre : il nécessite une vie intérieure. Vous allez devoir investir sur des choses invisibles qui ne vous apporterons pas d’autres satisfactions que la vôtre … et que très peu de personnes sauront vraiment apprécier.

Vous voulez quand même essayer ?

Alors c’est que vous êtes assez fou pour être vous-même !

Dans ce cas-là, je m’incline très bas devant vous et je vous souhaite le plus beau des voyages, à l’intérieur de vous.

Namasté*

*Mot ésotérique utilisé courramment par la secte des gens équilibrés et qui signifie "la paix soit avec toi". Et ils n’ont même pas besoin de fumer pour le dire sans se marrer. Sont fous ces gens …

Credits : @fotolia