Il y a les juillettistes qui préfèrent partir les premiers : impatients de profiter de l’été, ils « reprendront » dans des bureaux presque déserts alors que les autres seront en congés. Certains considèrent cela comme une aubaine : être en vacances au travail et dans sa ville, quel bonheur ! Les aoutiens préfèrent, eux, laisser passer la première partie des vacances avant de quitter des dossiers, des clients qui nécessitent, fantasmatiquement ou réellement ?, leur présence ... à moins que simplement l’idée de revenir au bureau alors que d’autres seront encore en congés soit trop glauque pour eux … Et comme toujours il y a les adeptes de la voie du milieu qui partent "à cheval" sur les mois de juillet et août au cœur de l’été. Ils auront les moins bons tarifs de vacances, certes, mais pourront se ménager un rythme plus tranquille au retour des vacances et préparer la rentrée : priorité à la douceur … Il y a aussi ceux qui subissent les contraintes des autres (vacances des enfants et autres membres de la famille, congés des collègues, fermeture annuelle de l’entreprise …) et enfin d’autres qui attendent le dernier moment pour choisir, parce que libres ou perpétuels hésitants …

Nos choix de dates mais aussi de lieux et d’activités de vacances parlent sûrement de nous. Allons-nous remplir notre planning de toutes les activités dont nous avons été (ou nous nous sommes ?) privés dans l’année ou au contraire faire le vide et apprécier le silence et l’inactivité, allons-nous planifier ou nous laisser porter, partir en famille, avec des amis, seuls ? Profiterons-nous de cette période pour réfléchir à notre avenir ou pour oublier ce qui nous pèse ? Une de mes clientes m’a avoué que les vacances devenaient pour elle de plus en plus difficiles car à chaque retour la rupture de la parenthèse enchantée des congés était plus douloureuse et la ramenait au peu de sens et de plaisir trouvés au quotidien. Elle part de plus en plus loin, vers des destinations de plus en plus « exotiques » comme une fuite en avant.

Pour la plupart d’entre nous, les vacances sont un moment de retrouvaille avec nous-même. La dictature du temps peut s’arrêter et notre corps nous dicter son rythme, pour peu que nous lui en laissions la possibilité. C’est aussi un moment de dépaysement qui nous permet de quitter les repères habituels pour vivre des expériences différentes, aussi simples soient-elle : apprécier de prendre un petit déjeuner au soleil, de contempler un paysage ou de laisser la brise ou le soleil nous effleurer … Le temps des vacances reste béni pour la majorité de chanceux que nous sommes. Nos souvenirs d’enfance et d’adulte ont souvent plus de saveurs l’été car nous sommes davantage en contact avec nous-même, avec la douceur et la joie de vivre.  C’est le temps des réserves d’énergie, de souvenirs et de petits bonheurs. Goûtons-y sans réserve au présent, l’avenir a bien le temps d’advenir. Nos vacances nous ressemblent et c’est heureux : juillettiste ou aoutiens, adeptes des vacances en famille, entre-amis ou en solitaire, amateur de montagne, de plage ou de campagne, sportif ou amateur de transat …

Je vous souhaite à tous une pause estivale riche de ce qui compte pour vous et au meilleur de vous-même.