A quel moment avons-nous mis nos cœurs dans la glace et accepté de laisser mourir des enfants, des femmes et des hommes innocents ?
J’entends ceux qui se cachent derrière l’idée confortable que parmi eux il y avait des djihadistes et franchement ils me donnent la nausée. Arrêtons juste de trouver des excuses à l’inacceptable, de nous cacher derrière des prétextes économiques, géopolitiques ou je ne sais quelle matière stratégique. Ouvrons un instant les yeux sur l’état du monde : une poignée d’intérêts financiers qui poignarde ou soumet la majeure partie de l’humanité. Je ne parle pas seulement des victimes de la guerre, mais aussi de celles qui sont pris dans l’engrenage de cette société de consommation qui a besoin de toujours plus … plus de PNB, plus de rentabilité, plus de performance … Pas besoin de traverser les frontières pour voir que nous sommes en train de vendre notre humanité.

Et en plus, on nous demande de fermer les yeux parce qu’on ne comprend pas tout : nous sommes manipulés par les médias, laissons donc faire les diplomates qui savent mieux que nous. Eux ils connaissent bien notre intérêt : celui qui les a amené à jouer avec les régimes politiques au proche orient, à financiariser notre économie et notre vie. Mais qu’ont-ils prouvé de leurs compétences pour nous donner des leçons ? Quelle légitimité ont-ils : expert d’un système qui a fait son temps et s’effondre ? Nous sommes certainement plus proches des civils massacrés à Alep que des ces stratèges qui décident de notre vie. Loin des yeux, loin du cœur : demain les bombes pleuvront peut-être chez nous (comme la conséquence directe de ces événements sanglants) et si nous avons un minimum d’honnêteté nous comprendrons pourquoi cela nous arrive et pourquoi personne ne viendra nous aider … à moins que notre couleur de peau et notre pouvoir de consommation nous sauvent !

Nous allons récolter ce que nous semons et cela ne sent pas bon. Il reste à espérer que sur ce fumier nos enfants arriveront à faire pousser autre chose. Ce soir mon cœur est à Alep et mes prières iront vers ceux que tout le monde a oubliés, cadenassé par la peur de manquer. Rassurons-nous, cela ne nous empêchera pas de dormir ni de déballer nos cadeaux de Noel, achetés chez Apple ou sur Amazon. C’est juste une parenthèse, n’est-ce pas ? un détail de l’histoire. Sans doute puisque le diable est dans les détails …

La peur et l’impuissance sont les deux sources de l’immobilisme alors je choisis la colère ce soir et j’espère que nous serons de plus en plus nombreux à refuser ce qu’on nous propose et participer demain à l’avènement d’un autre monde parce que ce soir franchement je préfère me cacher dans mon lit.

Credit photo : @fotolia