Alors où donc ?

Pas dans un rayon handicap (il n'existait dans aucune des deux librairies) ... ni au rayon parentalité. Pourtant dans chacune des librairies il y a un rayon spécifique "surdoué" très bien pourvus (plus d'une vingtaine de références dans l'une d'elles qui n'avait qu'une référence sur l'autisme et aucune sur les autres handicaps). Alors où sont les livres qui abordent le sujet du handicap ?

Hier, j'ai trouvé (grâce au libraire) mon livre au rayon "pédagogies ré-éducatives" avec une autre référence sur la trisomie 21 et quelques autres sur les "dys". Sans commentaires.

Cette expérience que je pensais tout à fait anodine m'a en fait confrontée une fois de plus à la dure réalité de cette société où même le monde du handicap est normé. Il y a le handicap qu'on peut afficher et mettre en avant (les surdoués, les dys) et les autres ... ceux qu'on préfère ne pas trop voir (en particulier le handicap mental). 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes :

12% de la population touchées par le handicap (contre 2,5% par le haut potentiel)

et seulement 0,6% des personnes vues à l'écran concernées par le handicap (Chiffres CSA, janvier 2018).

Il y a un problème, vous ne croyez pas ? Est-ce que nous ne sommes pas lecteurs et électeurs comme les autres ? 

Allez une dernière anecdote (la cerise sur le gâteau) : quand j'ai demandé à une vendeuse de la libraire où étaient les livres traitant du handicap, elle a souri nerveusement en me disant qu'elle ne savait pas : peut-être au sous-sol mais comme il n'y va pas souvent il vaut mieux que je demande à quelqu'un d'autre ... Quelqu'un du monde d'en-bas où les acheteurs courageux à la recherche d'une référence rare se rendent. Cela m'a semblé une belle métaphore de la situation : une petite place en bas c'est ce que la société nous propose.

Vous savez quoi : cette place je n'en veux pas, ni pour moi ni pour ma fille ni pour toutes les personnes qui sont concernées par le handicap. Je ne demande pas non plus la place d'honneur mais la juste place. Je pense que 10% de la population et des lecteurs et électeurs cela vaut bien 10% de visibilité média sur ce thème et un rayon handicap dans les librairies.

Alors si vous êtes d'accord avec moi, je vous invite à le faire savoir aux libraires, aux journalistes et aux hommes et femmes politiques qui nous représentent. Parce que ces 10% de personnes qui vivent avec un handicap ont besoin d'avoir une place dans la société, des réponses à leurs questions et besoins. Et aussi parce que nous avons tous besoin de sortir de ce modèle qui nous enferme dans des modèles de performance, de beauté, de minceur etc ... Pour défendre le droit et même le bonheur d'être soi !


Crédits photo : @fotolia