Ma question était un peu provocatrice vous l’avez deviné. Nous avons poursuivi en nous demandant si la vraie vie cela ne pourrait pas être autre chose. Une vie qui ait plus de sens, où le temps n’est pas une ressource rare à rattraper. Puis nous avons poursuivi pour savoir comment en faire une réalité …

Cet échange que nous avons eu j’aurai pu l’avoir avec tellement de personnes de ma clientèle ou de mon entourage. D’ailleurs, je l’ai eu aussi avec des amis il y a une dizaine de jours alors que nous enterrions un ami, parti trop jeune. Un ami qui nous ressemblait tellement : il avait une famille avec des enfants qui ont l’âge des nôtres ou presque et un travail très prenant qui avait pris toute la place, qui l’avait mené au burn-out. Cet après-midi-là nous avons été nombreux  le visage défait par les larmes à nous questionner sur la vie. Ce n’était pas joyeux certes mais nous avons vécu un moment de grande authenticité où nous nous sommes interrogés mutuellement sur nos vies et la place qu’y tenait le travail, où nous nous sommes inquiétés les uns pour les autres. Est-ce que nous prenions vraiment soin des choses importantes pour nous ? Est-ce que nous prenions le temps de vivre ? Est-ce que nous étions heureux ?

Car la vraie vie c’est celle qu’on prend le temps de vivre pas un programme que nous sommes obligé.e de subir dans le "réel". Je crois que nous l’oublions trop souvent, pris dans l’engrenage du travail et de notre quotidien familial souvent bien rempli. « J’ai l’impression que mes vacances servent maintenant juste à recharger les batteries pour retourner au travail » me disait un de mes amis. Sauf que nos batteries ressemblent de plus en plus à celles de nos Iphone. Elles se vident de plus en plus vite et finissent pas nous couper par surprise au milieu d’une conversation …

Comment reprendre le pouvoir ? Sans doute pas avec une baguette magique ou dans un claquement de doigts. Il est puissant le système qui nous a amené à renoncer de vivre pour produire et consommer sagement. Mais il n’est sans doute pas si puissant qu’on le croit. Il suffit de commencer à reprendre la main sur sa vie pour s’en apercevoir. C’est un colosse aux pieds d’argile. Les plus jeunes l’ont compris et commencent à le secouer.

Chacun d’entre nous a le pouvoir de questionner son emploi du temps (quel vilain mot d’ailleurs) et de vérifier si cet empilement de rendez-vous, de contraintes est bien utile, de re-prioriser, de choisir de dire oui ou non, de constater que si « ça ne rentre pas dans les cases » c’est peut-être que le modèle est  à revoir. Le plus difficile comme souvent c’est le premier pas … celui qui nous permet de sortir la tête du guidon, de quitter nos croyances (« je n’ai pas le choix », « que vont penser les autres ? », « il faut assumer » …). Ensuite mettre un pied devant l’autre, sans automatisme mais en conscience, et voir où cela nous mène.

C’est la rentrée, pensons à rester dans la vraie vie ou à la retrouver si nous l'avons perdu ...

Credits Photo : @fotolia